top of page
Rechercher
  • Brune Vannier- Moreau

Quid de la profession de naturopathe?


2023 est une année charnière pour la naturopathie. Attaquée comme rarement depuis l’affaire Doctolib et par la mise en examen d’un naturopathe récemment, la profession est mise à rude épreuve…


A l’heure actuelle, n’importe qui peut s’auto-proclamer naturopathe ! C’est la raison pour laquelle il existe de nombreux charlatans qui font aujourd’hui mauvaise presse à la profession.

Il est donc grand temps de réglementer la naturopathie! En effet, il existe plusieurs organismes tels que l’OMNES (l’Organisation de la médecine naturelle et de l’éducation sanitaire) ou la FENA (fédération française de naturopathie) qui permettent de juger du sérieux et de la qualité d’une formation. Ainsi ces organismes délivrent des agréments aux écoles de naturopathie reconnues (minimum de 1200h d’enseignement en présentiel) et proposent des formations continues obligatoires.


Les dérives dont on entend parler concernent des naturopathes qui n’avaient pas suivi de formation reconnue par l’OMNES ou la FENA. Ainsi ces soit disant naturopathes prétendaient outrepasser la médecine, ce qui ne correspond en aucun cas aux valeurs de la profession telles que reconnues pas nos instances.

Un naturopathe qui a suivi une réelle formation se place comme un « éducateur de santé ».

Ses 2 objectifs sont la prévention et l'éducation sanitaire.

Son but est donc d’optimiser l’hygiène de vie d’une personne. Parmi ses outils privilégiés, on retrouve l’alimentation, l’exercice physique, la gestion du stress, la phytothérapie, l’aromathérapie…. Son terrain d’action principal étant la prévention, le naturopathe agit avant tout en amont de la maladie. Il incite la personne à devenir "actrice" de sa santé.

On comprend ainsi que la naturopathie est plus une pratique complémentaire à la médecine qu’alternative!


Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la naturopathie est la troisième médecine traditionnelle du monde après les médecines chinoise et ayurvédique. Et malgré cela, la profession reste très mal connue en France et notre pays reste le maillon faible de l’Europe. En effet plusieurs pays dont l’Allemagne, l’Italie, le Portugal, la Suède et la Belgique ont suivi la résolution du Parlement Européen de 1997 incitant les Etats membres à réglementer les médecines non conventionnelles comme la naturopathie. En Suisse les naturopathes sont considérés comme des professionnels de santé travaillant en collaboration avec les médecins.


Afin que les choses évoluent et pour en finir avec ces diffamations et ces amalgames, il est grand temps que l’Etat se décide enfin à réglementer la profession comme cela a été fait en 2012 pour les ostéopathes. Il me semble que cela reste de loin la meilleur solution pour faire le « tri » entre « les gourous » et « les éducateurs de santé »!


En attendant, il n’en demeure pas moins que plusieurs médecins m’envoient aujourd’hui certains de leurs patients constatant les bienfaits de la naturopathie en ce qui concerne entre autres la prévention des problèmes métaboliques (prise de poids, diabète, hypertension artérielle)…

Cela prouve bien que les mentalités évoluent et que nous tenons le bon bout!


Brune VANNIER-MOREAU

Naturopathe (diplômée du CENATHO : école agréée par l’OMNES et la FENA)


44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page